Séminaire « gestion de projets » du programme de formation « Talents du Monde »

26 05 2010

logo uemoaLogo Bretagne
Décision Publique a été chargée de concevoir et réaliser le séminaire « gestion de projets » du programme de formation « Talents du Monde », mis en œuvre à Dinard à l’initiative de l’Institut Marie Thérèse Solacroup et piloté par Michèle Payen – Toulouse.

Cette formation, cofinancée par l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), la Région Bretagne et Bretagne International concerne une vingtaine de créateurs d’entreprises originaire d’Afrique de l’Ouest et vise notamment à développer les partenariats économiques entre la Bretagne et l’Afrique de l’Ouest.

Publicités




Les réseaux de professionnels de santé libéraux : entre une médecine solitaire et les maisons de santé

29 04 2010

Un article du Monde fort intéressant en date du 19 janvier 2010 rapporté les atouts incontestables des maisons de santé en termes d’attractivité dans les zones rurales et les banlieues afin de relever le défi permanent de l’accès aux soins. Leur grande force : pouvoir attirer les jeunes praticiens qui ne souhaitent plus exercer isolément.

Tous les porteurs de projet ayant réussi à mettre sur pied une maison de santé témoignent de l’énergie considérable à déployer pour y parvenir. Les freins au changement sont multiples (également en dehors de la sphère médicale et paramédicale puisque les collectivités sont directement concernées par ces projets structurants leur territoire) et le chemin parsemé d’embûches.

Nombre de projets de maison de santé peinent alors à voir le jour alors que les besoins de santé sont reconnus par tous les acteurs concernés.

Il existe peut être une voie intermédiaire entre l’exercice libéral traditionnel et la maison de santé, première étape d’un processus de travail collectif conduisant, éventuellement, à construire par la suite une véritable maison de santé.

Certains acteurs de santé sur un territoire ne sont pas forcément prêts à une telle proximité des pratiques, pour un ensemble de raisons totalement valables. Travailler de concert ne signifie pas automatiquement, travailler sous le même toit, tout de suite.

La communication, la concertation et la coordination entre praticiens peut se concevoir, dans un premier temps, en conservant la localisation géographique de chacun, en utilisant simplement les technologies diffusées largement aujourd’hui, au service d’un projet de soins commun. La mutualisation des agendas, la gestion de l’archivage et bien sûr le partage des dossiers patients sous un mode sécurisé sont compatibles avec un exercice en dehors d’un lieu unique.

Avant de regrouper un ensemble de professionnels de santé dans un même lieu, il est nécessaire que chacun apprenne à connaître l’autre, ses pratiques, ses référentiels, ses valeurs. Ce temps de connaissance mutuelle est long et ne peut pas être contraint par des calendriers de mise en œuvre.

Les maisons de santé sont une réelle avancée pour relever le défi de l’accès aux soins ; mais pour certains territoires, une étape intermédiaire (à l’échelle de 2 à 3 ans) peut être envisagée permettant à chaque professionnel de santé de travailler au sein d’un collectif en devenir.





L’e-administration, la simplification des procédures par le numérique

21 10 2009

L’e-administration, affiché comme une priorité pour le gouvernement, se voit doté d’une feuille de route. Le ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Etat, Eric Woerth a présenté quinze mesures et une commission de huit « experts » en compagnie de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique.

Ces mesures ne se limitent pas à transformer les formulaires papiers en formulaires en ligne, mais vise bien une refonte organisationnelle des administrations.

Si vous souhaitez participer ou donner votre avis, un site recueil les avis à l’adresse suivante : http://www.ensemble-simplifions.fr/

Les 15 mesures du gouvernement

Pour les particuliers

  • Permettre aux citoyens de s’inscrire sur les listes électorales par Internet
  • Permettre à tous les jeunes Français âgés de 16 ans de réaliser par Internet les démarches liées au recensement citoyen
  • Pouvoir déclarer la perte de ses papiers d’identité et demander leur renouvellement en une seule démarche
  • Lors du décès d’un proche, éviter à la famille d’avoir à fournir plusieurs fois les mêmes informations à différentes administrations
  • Simplifier l’ouverture et le renouvellement des droits pour les personnes handicapées

Pour les entreprises

  • Permettre aux entreprises retenues dans le cadre d’un marché public d’obtenir une attestation fiscale dématérialisée
  • Simplifier la déclaration préalable à l’embauche et expérimenter la déclaration simplifiée par téléphone
  • Faciliter le transfert de siège social d’une entreprise grâce à un dossier plus simple et une procédure en ligne
  • Simplifier la vie de l’entrepreneur, de la création aux premiers mois d’activité de l’entreprise, grâce à un plan d’action de 10 mesures
  • Eviter aux entreprises d’avoir à fournir plusieurs fois les mêmes informations de base (chiffre d’affaires, effectifs, etc.) aux administrations

Pour les collectivités

  • Supprimer les demandes de copie ou d’extrait d’acte d’état civil, et les remplacer par un échange d’informations sécurisé entre les communes et les administrations
  • Dématérialiser les procédures d’urbanisme, en commençant par la déclaration d’intention d’aliéner, pour simplifier les démarches lors des transactions immobilières

Pour les associations

  • Eviter aux associations d’avoir à fournir plusieurs fois les mêmes informations à chaque demande d’agrément
  • Permettre aux associations de déposer en ligne leurs dossiers de demandes de subventions
Les 8 « experts de la relation numérique à l’usager » du groupe de travail
  • Franck RIESTER, Député UMP de la Seine-et-Marne, Maire de Coulommiers
  • Fabrice ANDRE, Directeur de la relation client chez Orange
  • Arnaud BEAUFORT, Directeur général adjoint et directeur des services et des réseaux de la Bibliothèque nationale de France, ancien-sous-directeur des produits, des services et de la diffusion à la direction de la Documentation française
  • Benjamin BEJBAUM, Cofondateur du site Dailymotion, Fondateur d’Iguane Studio en 2000 (création et hébergement de sites)
  • Yseulis COSTES, Co-fondatrice et PDG de la société 1000mercis, Elue « Femme internet de l’année 2001 »
  • Philippe LEMOINE, PDG de Sygma Banque, PDG de Laser, Président de la FING (Fondation Internet nouvelle génération), Ancien membre de la CNIL, Président du comité « Economie numérique » du MEDEF
  • Henri de MAUBLANC, Coprésident et cofondateur de la société Aquarelle, Président-fondateur du groupe Clarisse et de la société Universalflower
  • Rachel PICARD, Directrice générale de Voyages-SNCF, Lauréate du prix de la personnalité Marketing de l’année 2005




Gros temps pour les Collectivités Territoriales

1 10 2009

En moins d’une semaine, plusieurs annonces gouvernementales ont contribué à faire se lever un vent d’inquiétude – de fronde – parmi les responsables territoriaux, tant Elus que cadres dirigeants.

C’est d’abord le Premier Ministre qui, au Puy en Velay, demande sous forme de quasi injonction aux Collectivités Territoriales de geler leurs recrutements, arguant que les effectifs de la fonction publique territoriale croitraient au rythme d’environ 36.000 agents chaque année. (entre 2005 et 2007, les effectifs de la FPT ont cru de 7,8% (source : Insee Résultats N° 98 Société – septembre 2009)

Puis c’est l’annonce du budget 2010, qui annonce une croissance de 0,6% des dotations de l’Etat.

C’est donc l’ensemble des ressources mobilisables par les collectivités qui font aujourd’hui l’objet d’une remise en question, avec cette double contrainte : limitation « souhaitée » en ce qui concerne les effectifs d’agents et donc les ressources humaines ; imposée et subie en ce qui concerne les ressources financières.

Quelle que soit l’évolution réelle, tant des effectifs de fonctionnaires territoriaux que des ressources financières, les collectivités territoriales sont placées devant la nécessité de questionner leur organisation et leur management, pour être en mesure de conduire les politiques publiques locales sur lesquelles elles sont aujourd’hui engagées. Le plus souvent d’ailleurs dans le cadre de politiques contractuelles auxquelles l’Etat est partie prenante.

Parmi les pistes qu’il convient d’explorer et de mette en œuvre sans plus tarder, il en est certaines qu’il est aisé de mette en œuvre :

  1. Poursuivre le mouvement de qualification des personnels territoriaux, tant par la formation continue que par le recrutement de cadres A et B en nombres plus importants, en capacité de piloter et d’évaluer les politiques mises en œuvre. Rappelons qu’actuellement, cadres A et B représentent moins de 25% des effectifs de la Fonction Publique Territoriale (moins de 8% pour les seuls cadres A). La loi d’août 2009 relative à la mobilité des fonctionnaires devrait faciliter ce mouvement de qualification des personnels de la FPT.
  2. Mieux anticiper les départs à la retraite dans les 5 prochaines années, et les préparer en questionnant ce qui constitue une réelle opportunité de revoir l’organisation des services. Certaines collectivités se sont engagées résolument dans cette approche prospective qui permet une réelle GPEC .
  3. Se doter de tableaux de bord de pilotage des politiques publiques, permettant, « au fil de l’eau », de disposer d’informations fiables et pertinentes sur les résultats des actions et projets engagés par la collectivité.

Ce ne sont là que des pistes, mais il est écrit que les ressources vont se raréfier, ce qui rend d’autant plus urgent et nécessaire une utilisation optimale de celles-ci.





Incendies grecs, ruine de la chose publique Délitement de l’Etat et du territoire expliquent les catastrophes à répétition

31 08 2009

A lire : un article très intéressant de monsieur Guy Burgel (Professeur à l’université Paris Ouest-Nanterre la Défense Auteur du «Miracle athénien au XXe siècle» (CNRS Editions, 2002)) paru dans Le Monde en date du 29 août 2009 et intitulé « Incendies grecs, ruine de la chose publique Délitement de l’Etat et du territoire expliquent les catastrophes à répétition. ». Il rappelle que même si les conditions climatiques ont été favorables à la propagation des incendies cet été en Grèce, cela ne doit pas nous faire perdre de vue que lorsque « la faiblesse du politique se conjugue avec les tensions sociales et spatiales d’une collectivité éclatée par la rapidité de ses transformations » les catastrophes engendrées n’en sont que plus terribles. Et d’ajouter pour conclure : « Nul peuple, le nôtre compris, n’est à l’abri des risques entraînés par le délitement de l’appareil d’Etat, les déséquilibres du territoire et l’aveuglement de la communauté nationale. ».





L’aide à la décision : un nouveau partenariat

27 08 2009

report_one_headerDécision Publique a signé un accord de partenariat avec la société Report One. Cet accord permet à Décision Publique de renforcer son offre de service aux organisations publiques souhaitant améliorer leur système de pilotage des politiques publiques.





Entretiens territoriaux de Strasbourg (ETS 2009)

27 08 2009
ETS2009

La 12ème édition des Entretiens Territoriaux sera organisée les 2 et 3 décembre 2009 et portera sur  » Le service public territorial face aux crises « .

Décision Publique sera, comme chaque année depuis 2007, présent à cet évènement.